Poste du 218 rue de Crimée, Paris 19e définitivement fermée : le gouvernement poursuit la casse des services publics

La Poste Curial-Crimée dans le 19e arrondissement de Paris, située dans un quartier en zone « politique de la ville – nouveaux quartiers prioritaires [1] » a définitivement fermé ce Jeudi 27 Juillet, au mépris des habitants du quartier. Ce territoire avait déjà connu plus de 3 ans auparavant la fermeture d’un autre service public, le centre dentaire situé au 76 rue Archereau malgré de vives protestations des habitants.

Comme l’a dit Emmanuel Macron, nous ne sommes « rien » dans le quartier Curial-Crimée. En tous cas, c’est le sentiment que nous pouvons avoir, nous habitants et commerçants du quartier, nous usagers de la Poste du 218 rue de Crimée. Ce sentiment de mépris et de relégation nous le portons au fond de nous, car nous bataillons depuis plus de 7 mois avec le collectif d’usagers de la Poste Curial-Crimée et les syndicats, mais jamais nos arguments n’ont été entendus par la Direction de la Poste. Cette dernière privilégie la rentabilité à court terme, au détriment du service public d’intérêt général des habitants de nos quartiers. Dorénavant, les opérations de courrier de ces derniers seront externalisées dans des supérettes! La Poste paie 320 euros par mois à chaque boutique et verse 1 euro de participation par objet vendu. L’argent public file vers le privé, alors que la Poste bénéficie d’exonérations importantes (environ 350 millions d’euros) de cotisations patronales via le Crédit Impôt Compétitivité Emploi (CICE) censé consolider l’emploi.

Notre députée Insoumise de la circonscription, Danièle Obono est venue nous apporter son soutien le 27 juillet, jour de la fermeture prévue du bureau. Nous nous sommes rassemblés devant la Poste Curial à 18h ce jour là pour exiger le maintien du bureau, avec les habitants du quartier, les syndicats CGT et SUD et notre députée.

Désormais, nous devons tous, citoyens insoumis ou non, nous révolter devant la casse des services publics, nous engager dans les collectifs de défense et de développement de ces derniers, car c’est d’un projet de société dont il est question. Les services publics constituent autant de maillons essentiels pour le développement de tous les territoires. Les supprimer, c’est condamner ces territoires, les reléguer en sous territoires de la République et cela représente un danger pour la cohésion nationale. Les politiques des gouvernements précédents et les projets d’Emmanuel Macron mettent à mal cette cohésion. Battons-nous et ne lâchons rien!

Plus de détails sur les arguments du Collectif d’usagers que nous partageons :

  • Sur notre périmètre géographique, 3 bureaux de Poste ont fermé dans les 18e et 19e arrondissements : Tristan Tzara, Porte d’Aubervilliers et maintenant Curial-Crimée.
  • Les transferts de services postaux dans des relais Poste (supermarchés, buralistes…) ne fonctionnent pas et ne permettent pas d’avoir la même qualité de service. Pour preuve, la Poste de Tristan Tzara dans le 18e a été fermée et le relais qui avait ouvert chez un buraliste a depuis été fermé.
  • La Poste Bvd MacDonald a ouvert récemment presque sans personnel, ce qui ne répond pas aux besoins d’aides et d’accompagnement de la population
  • Le bureau de la rue de l’Ourcq sera fermé pour travaux au 1er semestre 2018, proposant comme seule solution aux usagers « d’aller plus loin ».
  • Il y aura un afflux en Septembre sur les bureaux de Poste restants de l’arrondissement car beaucoup de nos concitoyens parmi les plus pauvres ont un compte à la poste, et iront chercher en septembre les diverses allocations à retirer manuellement.

Les fruits de la lutte menée par le collectif d’usagers

Après 7 mois de batailles et de permanences hebdomadaires devant la Poste, le collectif a obtenu :

  • Plus de 4000 signatures pour la pétition contre la fermeture
  • Deux rencontres avec le Directeur de la Poste – Secteur Paris Est, M. Levraut, et le recul par deux fois de la date de fermeture au 27 Juillet.
  • Le soutien des associations et partis politiques du 19ème : ATTAC, CNL, ENSEMBLE, PCF, PG, NPA; ainsi que des candidats aux législatives de LA FRANCE INSOUMISE et du PCF.
  • Le soutien des élus PCF de la majorité municipale et tardivement un mois avant la fermeture le soutien des élus PS de la majorité municipale menée par notre maire d’arrondissement, M. François Dagnaud.
  • Le soutien du Conseil de Paris, qui lors de sa séance des 3, 4 et 5 Juillet 2017, a adopté un vœu demandant à la direction de la Poste de suspendre la fermeture du bureau de Poste de la rue de Crimée.
  • Le soutien des syndicats CGT et SUD Postaux.

Et après ?

Ils n’ont qu’un mot à la bouche « Économies », mais lorsqu’ils parlent d’économies, nous parlons de services publics d’intérêt général! A Paris, sur les 180 bureaux de Poste restants, 30 ont déjà fermé au cours des dernières années et plus des fermetures encore à venir. Cette ancienne entreprise publique, privatisée et mise en concurrence, organise la suppression du service postal moins intéressant que le service bancaire. La Direction de la poste est resté fermée à nos propositions.

Si vous souhaitez vous mobiliser sur les prochaines actions de défense des services publics sur Paris, contactez nous : franceinsoumise.paris19e@gmail.com.

Nous invitons également à signer cette pétition : Collectif Poste Convergences des Services Publics.

Que viennent les jours heureux et le goût du bonheur

[1] Une zone prioritaire est définie par la concentration en pauvreté, c’est à dire qu’un nombre important d’habitants du quartier vivent sous le seuil de pauvreté fixé à 60% du revenu médian, soit environ 935euros/mois en France