Lancement de la campagne FI « Éradiquer la pauvreté » à Ménilmontant : belle journée d’éducation populaire

 

 

La France insoumise organisait dimanche 3 juillet une prise de place à Ménilmontant, quartier populaire de l’est parisien.

Objectif de cette après-midi : rendre visible la campagne « En finir avec la pauvreté » choisie par les insoumis·es lors de la Convention de Clermont-Ferrand en novembre 2017. Les insoumis.e.s du 19ème ont bien sûr œuvré à la réussite de cette journée. Sarah Legrain, co-animatrice du livret programmatique « Eradiquer la pauvreté » était évidement présente mais pas seulement : le GA Théâtre de l’opprimé a présenté une scène de « Théâtre Journal » avec la lecture d’un texte de Victor Hugo qui a suscité de nombreuses réactions et de discussions parmi les passant.e.s.  Les insoumis.e.s ont animé un porteur de parole invitant les habitant.e.s du quartier à proposer leurs solutions pour lutter contre la pauvreté a été rapidement rempli. « Taxer les plus riches », « Mettre fin aux délocalisations » ou encore « Virer Macron et sa clique », les Parisien·ne·s ne manquaient pas d’idées.

Nous avons pu également compter sur le talent de Jeanne dont le tour a de chant engagé a ravi l’assistance.

 

 

 

 

 

Une belle après-midi  rythmée par les prises de paroles de Danielle Simonet, Conseillère de Paris et d’Eric Coquerel député de Seine Saint-Denis, qui nous ont permis de décrypter les effets néfastes de la loi ELAN.

Plusieurs centaines de personnes y ont assisté. Des centaines de tracts ont été diffusés aux quatre coins de la place durant l’après-midi. Ils proposaient les solutions de La France insoumise dans 4 domaines : l’alimentation, l’isolement, la santé et le logement. A la vue du tract sur le logement, un passant a confié vivre dans un appartement de 18m2 avec sa femme et sa fille, plus de 5 ans après sa demande de logement social.

« Il n’y a pas d’accroissement du nombre de pauvres sans hausse de la richesse de quelques-uns », a rappelé le député Eric Coquerel. Un rappel important, quelques semaines après la publication d’un rapport d’Oxfam pointant le versement toujours plus important de dividendes aux actionnaires.

Le 19ème aux côtés des cheminot.e.s : l’argent récoltés grâce aux caisses de soutien remis aux camarades en lutte

Le 3 Avril dernier les cheminot.e.s ont lancé un mouvement de grève inédit dans sa forme et dans sa durée en opposition au projet de réforme du gouvernement.

Contre la mise en concurrence des lignes ferroviaires, la transformation juridique de la SNCF préalable à une future privatisation de l’entreprise, l’intersyndicale (CGT, Unsa, SUD et CFDT) porte depuis des semaines une autre vision du train. Celle d’un service public du rail permettant à toutes et tous de se déplacer dans l’ensemble du pays, d’un moyen de transport d’avenir qui doit jouer un rôle central dans la transition écologique.

Depuis lors, et ce malgré les tirs de barrage médiatiques et gouvernementaux, les témoignages de solidarité affluent de tout le pays, conscient que bien au delà de la défense supposées d’intérêts catégoriels  la lutte des cheminot.e.s devient la pointe avancée du combat contre le monde « Macron ». C’est grâce à ce mouvement exemplaire dans son amplitude que d’autres ont trouvé le courage de se mettre en lutte ou d’amplifier leur combat (étudiant.e.s, lycéen.ne.s, fonction publique) ou de proposer des initiatives inédites qui ont donné la « Fête à Macron » le 5 mai, puis la « Grande marée populaire » le 26 mai.

C’est pour quoi dès le début du mouvement, nous avons décidé de soutenir les cheminot.e.s concrètement en organisant des caisses de soutien aux grévistes dans les gares ou sur les marchés.

Vendredi dernier (le 1er Juin) une petite délégation de d’insoumis du 19ème a remis le fruit des caisses de soutien aux cheminot.e.s grévistes. Entre la cagnotte en ligne et les caisses physiques c’est 2166,87 euros que les habitant.e.s du 19ème nous ont confié.
Nous nous sommes rendus à la fédération CGT des cheminot.e.s Paris Nord, et nous avons rencontré le secrétaire de la fédération et plusieurs de ses camarades.
Cela a été l’occasion d’un bel échange notamment sur la lutte en cours. Il a été intéressant de noter qu’eux aussi ont vu le 26 mai comme un moment inédit dans l’histoire du mouvement social.
L’objectif doit être sans cesse d’amplifier et d’élargir le mouvement contre ce gouvernement et sa politique ultra libérale. Il apparaît clair que tout le monde est d’accord pour œuvrer conjointement, en respectant le rôle de chacun (organisation syndicale, mouvement politique) pour traduire à terme le retrait des réformes en projet politique alternatif.
Malgré la petite musique médiatique entendue ça est là sur la fin du conflit, les cheminot.e.s nous ont confirmé qu’ils étaient déterminé et que si il y avait eu quelques avancées (discussion en direct avec le premier ministre, reprise partielle de la dette, amendements au Sénat), aucun des syndicats (UNSA, CFDT…) n’étaient prêt à rompre l’intersyndicale.
Eux même en étaient les premiers surpris, car le conflit actuel dépasse déjà celui de 1995 en nombre de jours de grève. Ils iront jusqu’à la fin du mois de Juin et au delà tant que le gouvernement n’aura pas retiré son projet.
C’est pourquoi il accueillent avec bonheur toutes les marques des soutien et solidarité, car pour certain.e.s les retenues sur salaires liées au mouvement se font ressentir en particulier les plus petits salaires. C‘est pourquoi nous devons continuer à les soutenir.
L’argent récolté sera transmis à l’association intersyndicale et répartis entre les grévistes syndiqués ou non, au pro-rata des jours de grèves effectués en allant en priorité aux camarades dont la situation financière est la plus fragile.

le Comité Palestine 19 appelle à la mobilisation pour Gaza

Le 15 mai dernier alors que Benjamin Netanyahou inaugurait la nouvelle ambassade des États-Unis selon la décision de Donald Trump, 61 Gazaouis étaient tués et 2770 étaient blessés portant à 114 le nombre de morts et à 8000 le nombre de blessés depuis le 30 mars, première journée de la Marche du retour, série de manifestations pacifiques décidées par la population de Gaza.

En conséquence, le comité Palestine 19:

  • Dénonce le massacre perpétré par les autorités israéliennes, utilisant des armes de guerre contre des manifestants non armés, et soutient vivement l’envoi d’une commission d’enquête à l’initiative de l’ONU

  • Exige la levée immédiate du blocus sur Gaza

  • Demande l’annulation de la saison croisée France-Israël , événement que viendra inaugurer Benjamin Netanyahou , invité par Emmanuel Macron le 5 juin au Grand Palais .

Le comité Palestine 19 s’associe et appelle

au rassemblement à l’Esplanade des Invalides le Mardi 5 Juin

de 18h30 à 22h

Le Comité Palestine 19 regroupe les habitants engagés du 19ème arrondissement de Paris ainsi que les associations, syndicats et partis suivants: Attac 19-20, CGT-Union Locale 19ème, Mouvement pour la Paix, MRAP, Union Juive Française pour la Paix (UJFP), Parti de Gauche (PG), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Europe Écologie Les Verts (EELV), Ensemble, Parti Communiste (PCF).

Samedi 26 Mai : Grande Marée Populaire. Faisons de cette journée un moment historique !

A la suite du succès de la mobilisation du 5 mai contre le « Président des Riches », un cadre de discussion initié par ATTAC et la Fondation Copernic a réuni associations, organisations syndicales et politiques pour réfléchir à une date de mobilisation commune pour s’opposer à la politique du gouvernement.

Ainsi est née l’idée d’une « marée populaire » le samedi 26 mai, pour permettre à l’ensemble de la société (étudiant.e.s, salarié.e.s, fonctionnaires, retrait.é.e.s, chômeur.euse.s) d’exprimer à travers le grand nombre son rejet du monde que nous propose Emmanuel Macron.

Plus de 50 organisations appellent à cette journée opérant un décloisonnement inédit entre mouvement politique (France Insoumise, Ensemble, PCF…), syndicats (CGT, FSU, Solidaires, syndicat de la magistrature) et citoyen (ATTAC, COpernic, Actup Paris, DAL…)

Pour faire de cette journée un moment historique le comité 26 mai du 19è œuvre depuis plusieurs jours dans tout l’arrondissement : diffusions de tracts sur les marchés, fête populaire sur les quais du canal samedi 19 mai, collages d’affiches… Cette dernière semaine est décisive pour convaincre c’est pourquoi nous devons lancer toutes nos forces dans la bataille :

 

  • le  mercredi 23 mai, nouvelle opération « diffusion tous métros » . Pour participer, contacter notre référent : clement.pignon@gmail.com

Ou consultez l’agenda pour participer aux autres actions de la semaine

Et le 26 Mai, rendez-vous place Stalingrad, à 12h30, pour un départ collectif vers Gare de l’Est !

 

La FI présente dans le 19ème en soutien aux victimes d’une agression raciste et homophobe

Nous avons appris que dimanche 22 avril un couple a été victime d’une agression raciste et homophobe, suivie de violences policières au Café des Dames place Colonel Fabien.

Un rassemblement a été organisé le 28 avril devant le café à l’appel d’Act up Paris et d’autres organisations de luttes contre les discriminations. Une dizaine d’insoumis.e.s étaient présent.e.s pour exprimer leur solidarité envers les victimes en espérant que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que justice soit rendue.

La mobilisation s’amplifie pour faire sa fête à Macron, le 5 mai dans le 19e !

Le comité 5 mai Paris 19 à fond pour faire sa fête à Macron  !

Depuis 15 jours les actions se multiplient dans le 19e pour appeler les habitant.e.s à stopper Macron le 5 mai : rassemblement festifs le 21 et 27 avril à Place des Fêtes et Crimée, ateliers de création de pancarte en plein air, diffusions massives de tracts aux stations de métro de l’arrondissement le 17 et 27 avril.

Dans le 19e on sent la colère monter contre le « Président des riches ». Tous les ingrédients sont là pour réussir la manif « pot au feu » proposée par l’AG du 4 avril à la Bourse du Travail à l’initiative du député insoumis François Ruffin et de l’économiste Frédéric Lordon.

A une semaine du « Grand Débordement » nos rendez-vous déjà prévu dans le 19e :

  • bien sûr, le 1er Mai participons  à la journée internationale des travailleurs, avec les organisations syndicales à partir de 14h à Bastille. Départ collectif à 13h à Stalingrad.
  • le  mercredi 2 mai, nouvelle opération « diffusion Tous métros » . Pour participer, contacter notre référent : matthieu.fi@protonmail.com

Ou consultez l’agenda.

Et le 5 Mai, rendez-vous place Stalingrad, à 12h, pour un départ collectif vers Opéra !

 

 

 

 

 

Mobilisation pour faire sa fête à Macron : préparons le 5 mai dans le 19ème !

Le 7 avril, l’Assemblée représentative de la France Insoumise a répondu favorablement à l’appel lancé par les 2000 personnes réunies à la Bourse du Travail le 4 avril à l’initiative entre autres de François Ruffin pour « Faire sa fête à Macron » le 5 mai à travers une grande mobilisation nationale fédérant les colères (retrouver toutes les informations sur : https://le5mai.fr/), et a invité les insoumis.e.s à s’impliquer dans des comités d’action pour la préparer.

Dans le 19ème, après deux réunions lundi et mardi dernier (cf dernière info express), un comité « Fête à Macron » a vu le jour qui réunit déjà de très nombreux.ses militant.e.s politiques syndicaux et associatifs, et citoyen.ne.s engagé.e.s de l’arrondissement.

Ce collectif citoyen est ouvert à tous.tes. Il a vocation à inviter les habitant.e.s du 19ème à soutenir les luttes en cours (cheminot.e.s en particulier, étudiant.e.s, retraité.e.s, salarié.e.s du public ou du privé, et luttes locales), défendre tous les services publics, et s’opposer à toutes les attaques anti-sociales du « président des riches » en lui faisant sa « fête » à travers un « grand débordement » le 5 mai. Un premier tract du comité a déjà été réalisé pour y appeler, sans oublier la journée de grève et manifestation inter-professionnelle du 19 avril et la journée internationale des travailleurs le 1er mai.

Continuer la lecture de Mobilisation pour faire sa fête à Macron : préparons le 5 mai dans le 19ème !

Lançons un collectif citoyen de défense des services publics !

 

La première assemblée représentative de la France Insoumise qui s’est réunie ce samedi 7 avril 2018 a adopté le texte suivant concernant le mouvement social.

Lors de leurs dernières réunions de coordination, les insoumis-e-s du 19ème avaient réfléchi ensemble au lancement d’un comité d’action citoyen et ont arrêté la date du mardi 10 avril à 19h au Café Urbain, 118 avenue de Flandre, métro Crimée.

En voici l’invitation (mise à jour en incluant l’initiative du 5 mai) :

« Les groupes d’action insoumis de Paris19eme appellent à la création d’un « Collectif citoyen de soutien aux services publics Paris19e ».

Cet appel s’adresse à toutes celles et ceux qui souhaitent soutenir le combat des cheminot-e-s contre la réforme de la SNCF et par extension défendre les services publics attaqués par Macron et par les directives européennes : habitant-e-s et usager-e-s, salarié-e-s, insoumis-e-s, syndicalistes, militant-e-s progressistes de l’arrondissement…

Continuer la lecture de Lançons un collectif citoyen de défense des services publics !

La Demoiselle, la seule péniche à ne pas être réintégrée sur la Bassin de la Villette. Pourquoi?

Nous relayons ici la pétition de la péniche Demoiselle, dont les insoumis du 19ème avaient appuyé le combat en septembre dernier (cf le dossier écrit à l’époque)

 

2 avr. 2018 — Après 10 mois de bataille, la Demoiselle est toujours en danger d’expulsion, la seule péniche qui n’a pas été réintégrée sur le Bassin de la Villette, pourquoi? On ne comprend pas. Un résumé de la situation s’impose :
En mars 2017, la Mairie de Paris reprend la totalité des emplacements des péniches culturelles et nous demande de postuler à un appel à candidature au même titre que de nouveaux projets.
Le 7 Juillet 2017, la réponse de la Mairie tombe comme un couperet : Anako, Cinéma et Demoiselle ne sont pas retenues et sont condamnées à partir le 2 janvier 2018, sans aucune autre proposition d’emplacement.
Après 10 mois de bataille médiatique, Carrefour retire son projet d’épicerie fine (!) et la Mairie ouvre un nouvel emplacement (!). Un 2ème appel à candidature remet en jeu ces 2 emplacements.
Les résultats tombent le 10 janvier 2018. La péniche Demoiselle, la plus discrète et la moins offensive médiatiquement, est définitivement écartée de la course… Nous sommes encore une fois priés de quitter les lieux sans aucune proposition d’emplacement.

C’est tout simplement inacceptable !

Mettre en concurrence 3 péniches expulsées pour 2 emplacements… C’est « diviser pour mieux régner ». Alors que nous sommes unis et liés par le même combat… Alors qu’il reste sur le Bassin de la Villette et le Bassin élargit encore 5 à 7 emplacements disponibles.
… Et alors même que les projets accueillis ne concordent pas avec la vie culturelle du Nord-Est parisien et du 19ème, qui sont encore des quartiers au cœur de la diversité. En effet ! Il ne suffit pas de mettre en concurrence des projets qui n’existent pas… et de les parachuter sur un quartier existant… pour prétendre construire ensemble une animation avec les habitants.
C’est que le critère lucratif est privilégié au détriment d’une vraie qualité de projet, d’une vraie diversité culturelle et d’un vrai lien avec le quartier !
Parmi les nouveaux projets figure la péniche « Lili Bouh », un projet de M. Barillet, patron de la Bellevilloise qui dirige déjà 18 entreprises dans Paris… et qui propose un concept parfaitement similaire au nôtre de… « Péniche de Bals » ! La leçon est claire, nous ne bénéficions pas des mêmes garanties financières, ni de son chiffre d’affaires.
Eh oui ! Dans les nouvelles conventions d’amarrages, les péniches doivent payer un loyer mensuel fixe comme jusqu’alors, …augmenté de 4,5% du chiffre d’affaires si celui-ci dépasse 500 000 €.
En bref : Virer une association culturelle au profit d’une société ouvrant des lieux culturels à tour de bras dans le tout Paris est inqualifiable… et montre que ce genre d’appel d’offres profite surtout aux grosses structures qui ont les moyens d’y répondre.
Depuis le départ, les conditions et modes d’évaluation des dossiers du 1er appel à candidatures sont douteuses. Nous avons fait appel de cette décision par voix juridique et déposé un recours au Tribunal à l’encontre du 1er appel à candidature.
Nous sommes déterminés à rester ! Nous irons jusqu’au bout pour obtenir gain de cause et être réintégrés au même titre que les 2 autres péniches sauvées du naufrage !

Nous organisons un grand rassemblement aux côtés des artistes, des associations partenaires et des personnes politiques qui soutiennent notre projet. Une journée de mobilisation et de portes ouvertes à tous, réunissant nombre d’animations, d’ateliers, de concerts et de performances d’artistes, tous venus mettre leur talent au service de notre cause.
Rendez vous le 19 avril 2018 à partir de 16h30 à bord de la péniche Demoiselle, 57 quai de la Seine, 75019 Paris. Métro : Riquet
Une grande mobilisation pour la péniche Demoiselle et pour toutes les petites structures et associations porteuses de diversité culturelle du 19ème.